Delobel : la presse française et son symptôme

"Fort de son parcours académique et de ses expériences professionnelles, Maître Corentin DELOBEL intervient, à NICE et partout en France" peut-on lire sur la page web de l'avocat-star de ces derniers jours dans les médias français. Sa page est illustrée de cette photo, ainsi que de ses titres et de son parcours professionnel et scolaire


Ah ça... Maître Corentin DELOBEL intervient partout en France : à la télé, dans les journaux, sur Internet. L'avocat a prétendu avoir défendu Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l'auteur de l'attentat de Nice du 14 juillet dernier. Hier, il a tenté de se suicider alors qu'il était convoqué par le bâtonnier de l'ordre des avocats de Nice, Me Jacques Randon. Le bâtonnier souhaitait que l'avocat s'explique sur ce mensonge.

 Maître Corentin DELOBEL n'a jamais défendu Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Pour ce mensonge, il risque d'être interdit par son ordre d'exercer son métier. Il risque même la prison, selon le JDD - en espérant que le JDD a vérifié l'info...

Car voilà : les journalistes de 20minutes.fr, FranceTVinfo, Libération, RTL.fr, leJDD.fr, l'Obs et d'autres ont relayé sans filtre, ni doute ni recul les propos de ce mythomane. 
Ces journalistes ne risquent aucune sanction de leur ordre. Car il n'y a pas d'ordre des journalistes. La carte de presse est délivrée selon des critères de sources de revenus : si votre employeur vous couvre après votre reportage sur les témoins exclusifs d'un aterrissage d'OVNI, pas de problème, votre carte de presse vous sera renouvelée. 

La presse française est pauvre, les journalistes font ce qu'ils peuvent, il ne s'agit pas de jouer les procureurs contre des professionnels qui, même s'ils ne risquent pas de sanctions pour la plupart, ne doivent pas en ce moment être très fiers de leur coup.

Il s'agit de se demander pourquoi cela arrive aussi souvent. J'ai côtoyé, dans mon activité de pigiste, un des très nombreux journalistes qui avait relayé les affabulation de l'agression du RER en 2004 qui avait inspiré Téchiné pour son film. N'allez pas imaginer qu'il a été abusé par le discours convaincant d'une mythomane.

La réalité est bien plus triste.

La mythomane, il ne l'a jamais rencontré. Comme ses nombreux collègues, il a recopié à la hâte, au cours des deux heures qu'on lui avait laissé pour traiter l'événement, un extrait de dépêche AFP. Même scénario dans le cas DELOBEL, où la plupart des journalistes abusés citent dans leur article l'interview accordée par l'avocat à France 2.

La presse française va mal, il ne faut pas tirer sur l'ambulance. J'en conviens. Mais j'ai tout de même de la peine à croire qu'elle attirera de nouveau des lecteurs en oubliant la plus élémentaire prudence, ou qu'elle retrouvera une santé financière en faisant confiance à ses patrons plutôt qu'à son métier.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Macron-Le Pen : la stratégie du kamikaze

Mesurer l'islamophobie ? Vaste programme

La BBC comme on en rêve